Construire un fournisseur d’énergie locale 

Ce projet a émergé de l’enquête “Énergie en commun” de Nantes en commun. À l’issue de discussions et d’ateliers sur les enjeux, le diagnostic, un fournisseur d’énergie locale et renouvelable est apparu comme une piste sérieuse à creuser. Ce document est une description succincte du projet.

Le support de discussion

Enjeux/Ambition

Nous ne pouvons plus continuer à consommer autant d’énergie et à produire une énergie aussi nocive pour l’environnement. Nous sommes convaincus qu’il faut réduire notre consommation d’énergie et changer de type de production d’énergie, bref, opérer la fameuse transition énergétique. Et nous voulons le faire, localement, ici et maintenant, à l’échelle de Nantes et sa métropole et dans le sens d’une écologie sociale. 

Cette transition à l’échelle locale peut nous permettre de nous réapproprier l’enjeu énergétique, savoir d’où vient l’énergie que nous consommons et décider nous-mêmes de la transition que nous voulons.

Notre diagnostic

  • Les énergies renouvelables participent de la réponse pour opérer la transition énergétique, mais l’engagement sur leur développement est insuffisant, aussi bien localement que nationalement.  
  • Engagement timide de la métropole dans la transition énergétique
    • la métropole n’investit pas dans des moyens de production d’énergie renouvelable 
    • on souligne tout de même quelques efforts : très récemment, quelques projets d’autoconsommation encouragés par la métropole pour de gros équipements (le MIN, la cité des Congrès…) ; un grand débat sur la transition qui a été inédit en France  ; une mobilisation sur l’isolation des bâtiments… 
    • mais cela reste insuffisant au regard des enjeux
  • De nombreux savoirs et savoir-faire à Nantes : Sunshare, Enercoop, Cowatt, Virage énergie climat Pays de la Loire, Naoden, Enerpro… 
  • Coût des moyens de production de l’énergie renouvelable de plus en plus abordable (le photovoltaïque est devenu moins cher que le nucléaire) 
  • Évolutions juridiques européennes favorables à l’autoconsommation et à l’énergie renouvelable citoyenne, notamment la directive européenne sur les communautés énergétiques qui a pour ambition d’encourager le développement des énergies renouvelables et les coopératives citoyennes d’énergie. REScoop.eu, qui fait partie de nos partenaires, a contribué à l’édiction de cette directive, voir ce qu’ils écrivent à ce sujet, ici.  
  • La réappropriation de l’énergie est vertueuse : on observe une réduction de la consommation d’énergie dans toutes les coopératives citoyennes d’énergie [Voir étude de REScoop]. 

Nos inspirations

Il existe des exemples qui se rapprochent du projet et qui sont autant de sources d’inspiration. En voici quelques unes :

  • Barcelona Energia : la mairie a créé un fournisseur local et solidaire d’électricité renouvelable avec pour projet l’autosuffisance énergétique d’ici 2050 (avec 100% d’énergies renouvelables et locales).
    La compagnie fournit de l’électricité à l’ensemble des bâtiments municipaux et de l’éclairage public. Et, depuis peu, 20 000 foyers (sachant que la demande reste supérieure à l’offre, ce qui laisse de belles perspectives pour Barcelona Energia).
    Un article de Ouest France sur le sujet : ici.

  • Plüm Energie : fournisseur d’énergie qui propose explicitement un modèle d’incitation à la réduction de la consommation, sans être plus cher qu’EDF et en contractualisant des petits producteurs d’énergie renouvelable.

 

  • Enercoop : fournisseur d’énergie renouvelable et coopératif à l’échelle nationale avec des antennes régionales. 
  • Le modèle développé par Sunshare : fournisseur d’électricité qui donne la possibilité aux personnes de produire de l’énergie pour de l’autoconsommation et d’échanger le surplu produit avec les membres de la communauté, le tout permettant de réduire la facture d’électricité. Modèle pas encore possible d’un point de vue légal, mais qui reste inspirant. 

 

Caractéristiques du fournisseur


  • L’objectif sera de tendre vers l’autonomie énergétique locale, c’est-à-dire vers l’équilibre production-consommation local sur le long-terme.
  • Le fournisseur devra mettre en avant la production locale d’énergie dans l’offre qu’il propose. Pourquoi la dimension locale est elle si importante pour nous ? 
    • Les régies énergétiques (Grenoble, Pratz de Mollo, Barcelone, la Vienne…) semblent s’être lancées dans la transition énergétique plus facilement et plus tôt que l’État français  – il suffit de voir la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique de ces régies par rapport au mix énergétique français. La transition énergétique à l’échelle d’un village ou d’une ville semble avoir plus de sens, parce que plus palpable qu’à une échelle nationale. De même, les territoires à énergie positive (TEPOS) est un mouvement de territoires qui veulent faire la transition énergétique. La transition se pense mieux à l’échelle d’une localité. 
    • Ce fournisseur commun sera aussi producteur. Or, une production d’énergie locale, ça se voit, cela permet de rendre le sujet énergétique visible, palpable et donc appropriable. Depuis plusieurs années, tous les experts invitent les citoyen.ne.s à se réapproprier les sujets, pour être plus sensibles et donc acteurs d’une transition écologique. L’aspect local permet cette réappropriation.
    • La localisation de la production à proximité de la consommation permet aussi de réduire les pertes dues au transport, ce qui a pour avantage de diminuer l’empreinte de notre consommation et de diminuer les coûts.
    • Nous voulons un fournisseur commun, auquel une communauté de personnes puissent participer. Une communauté implique nécessairement une échelle restreinte.
  • Fournisseur communautaire, éthique et solidaire 
    • Communautaire parce que les usagers participent aux grandes orientations du fournisseur, aux choix des producteurs, des sources de production… Nous pouvons faire le choix du modèle de la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) pour que les différents types de membres aient leur mot à dire. 
    • Éthique parce que ne cherche pas à faire consommer toujours plus d’énergie (ce qui est le paradoxe du fournisseur), mais au contraire encourage à la réduction de la consommation d’énergie et la consommation d’énergie locale
    • Solidaire parce que propose des tarifs plus abordables pour les foyers les plus en difficulté financière
  • Utiliser les factures comme un outil pour faire des enjeux énergétiques des enjeux appropriables. Que nos factures nous montrent : 
    • d’où vient l’énergie consommée  
    • comment faire des économies d’énergie facilement
  • Investissements publics et citoyens dans la production d’énergie renouvelable
  • Premiers souscripteurs : bâtiments publics, bailleurs sociaux ; puis Nantais·es
  • À expérimenter : Approche fondée sur le troc d’énergie plutôt que des échanges sur le marché (concept proposé par Sunshare)
  • À expérimenter : l’autoconsommation collective en forçant l’État français à se conformer à la directive européenne sur les “communautés énergétiques citoyennes/renouvelables” 
  • Questions majeures à creuser
  • Quel modèle économique ?
  • Quel modèle juridique (Régie municipale ? Société d’économie mixte ? Entreprise privée ?) 
  • Quelle production pour arriver à l’équilibre ? 
  • L’approche du troc est-elle une piste ? 
  • Quel est le service client qui corresponde aux caractéristiques affichées ? 
  • Quel gouvernance du fournisseur ? Comment faire en sorte que ce soit effectivement un commun ?
  • Comment impliquer les citoyens et faire accepter ce nouveau modèle de tous ?

Une équipe de cinq personnes ainsi qu’une dizaine d’étudiantes et d’étudiants travaillent sur ce projet. Si vous voulez rejoindre l’équipe, n’hésitez pas à contacter energie@nantesencommun.org !

Ressources

Ressources externes : 

Plan climat air énergie territorial de Nantes métropole

Synthèse de l’Auran (agence d’urbanisme de la région nantaise) sur La filière ligérienne de l’énergie

Scénario Virage Énergie Climat Pays de la Loire de 2013 et sa synthèse

 

APPEL À témoins

Voici les personnes témoins auxquelles nous avons fait appel : Julien Moreau de Sunshare, Gauthier Moreau du SYDELA, Alain Thévenaud, spécialiste du photovoltaïque et administrateur d’Enercoop, Nicolas Angeli de Enerpro qui travaille sur la micro-méthanisation, Régis Contreau activiste écologiste et énergéticien. Nous avons également participé aux rencontres européennes de l’énergie citoyenne, aux rencontres de l’autoconsommation énergétique.

PROCHAINES ETAPES

Enquête commencée le

31 janvier 2019

Discussions organisées le(s)

31 janvier 2019

Témoins invités le(s)

31 janvier 2019

Ateliers pour imaginer des propositions & actions le(s)

31 janvier 2019

Moment de convergence le(s)

31 janvier 2019

Prochaine action le(s)

31 janvier 2019

Personnes porteuses de l’enquête (pseudo Discord) :

  • Personne 1 (@pseudo1)
  • Personne 2 (@pseudo2)

Prochaines
discussions

Pas d'événements pour l'instant

Nous contacter

7 + 10 =

enquêtes liées

À venir