Quelle place pour la publicité dans la Métropole Nantaise ? 

Dans nos réflexions sur le sentiment de convivialité dans la ville et la lutte contre l’attractivité, le sujet de la pub nous ai apparu primordiale. Le 21 novembre a eu lieu la première discussion de l’enquête sur la place que l’on souhaite donner à la publicité dans la métropole nantaise, co-animé par nantes en commun·e·s et le collectif de Résistance à l’Agression Publicitaire (RAP)

Vous trouverez ci-dessous le début des réflexions autour des enjeux, de l’état des lieux de ce qui se fait à Nantes, des initiatives qui nous inspirent ailleurs, pour faire de Nantes une ville où la publicité occupe la place qu’acceptent les habitant·es et non celle que les publicistes souhaitent. Et d’émetre les propositions concrètes que l’on peut en tirer pour agir localement et prendre ce sujet en main.

Ces réflexions ont débuté dans le cadre de discussions, si vous n’êtes pas d’accord avec un point ou souhaiteriez rajouter des informations, alors on a besoin de vous ! (Si vous êtes d’accord, on a aussi besoin de vous !)

Le support de discussion

Dans les villes les documents qui réglementent la publicité sont : 

  • Le Règlement Local de Publicité (RLP) définit les règles des types de panneaux autorisés dans la ville, de leur taille, des zones dans lesquels ils ont le droit d’être installés etc… C’est la maire de Nantes qui a en charge la “police de la pub”, et peut accepter ou refuser des panneaux en s’appuyant sur le RLP. 
  • Le contrat entre JCdecaux (qui a le monopole du mobilier urbain) et la mairie qui défini le cadre du partenariat de gestion du mobilier urbain installé et entretenu par JCdecaux. C’est à dire :  Les abris-voyageurs peuvent contenir 100% de publicité commerciale d’une surface de 2m², les “sucettes” doivent afficher 50% d’informations de la municipalité et 50% de pub… etc.. 

Enjeux

  • Si le Règlement Local de Publicité intercommunale n’est pas réécrit avant juillet 2020 à Nantes cela sera le préfet qui aura la compétence de “police de la pub” jusqu’à ce qu’un nouveau RLP soit voté. (cela prend souvent au moins 1 an et demi..) c’est donc déjà trop tard pour Nantes. Nous aurons une période de “tutelle” du préfet sur cette compétence. 
  • La consommation énergétique des écrans numériques 
  • Incitatioon à la surconsommation
  • Publicités sexistes et racistes participants à créer un climat d’insécurité dans la ville pour les femmes en particulier
  • Nos subconscients ne sont pas à vendre
  • De la publicité dans nos boites aux lettres malgré le “stop pub” –> dans nos espaces privés. 
  • Créer de nouveaux imaginaires collectifs
  • Avoir une ville agréable a vivre et à regarder

Notre diagnostic

  • A Nantes 60 panneaux numériques prévus (le RLP est silencieux sur la possible implantation ou non de ceux-ci)
    • La consommation énergétique des écrans numériques amène un surplus de consommation et un gaspillage énergétique. Un panneau avec une face numérique consomme 7 fois plus que le plus énergivore des mobiliers non numériques, soit entre 6 800 et 12600 Kwh/an. Comment justifier une telle contradiction dans le contexte du réchauffement climatique et des engagements pris par la municipalité pour « mettre en œuvre le Plan Climat 2030 qui prévoit de : réduire les GES de 40%, diminuer la consommation d’énergie de 30% et disposer de 40% d’énergies renouvelables »
    • Par ailleurs, pour être fabriqués, ces écrans requièrent de l’énergie mais aussi des matériaux qui sont limités et dont l’extraction se fait souvent au mépris de l’environnement et de la santé des personnes vivant sur place
    • En plus de la pollution induite par la consommation électrique et la fabrication des dispositifs, la publicité lumineuse dans l’espace public est nocive pour la biodiversité.
  • De plus en plus de trams recouverts entièrement de publicités pour des compagnies aériennes ou autre
  • Un contrat entre la ville de Nantes et JCdecaux concernant le mobilier urbain signé en 2017 et courant jusqu’en 2037… rien que ça..
    • Aucun contrôle pour vérifier que les panneaux d’affichage libre (à destinations des petits événements culturel, ou politique) ne soit monopolisée par des publicités commerciales. 
    • De la Pub dans l’application Bicloo et sur les bicloo (alors que c’est un service public) Pourquoi le déléguer à JCDecaux ? 
    • Difficulté d’accès au contrat de JCDecaux avec la mairie. 
    • Publicités dans le journal communale “Nantes passion”
    • Nantes est une marque par elle même et fait de la pub pour le Voyage à Nantes jusque dans le métro parisien
    • Nantes métropole à fait le voeux de déclarer l’urgence climatique.. quelles actions ?
    • Les panneaux numériques sont dangereux sur les voies de circulations, ils peuvent distraires ou éblouir.
    • Beaucoup de pub pour des entreprises internationales, et très peu de commerces locaux.
    • Certaines personnes sont obligés de fermer les volets la nuits à cause des spots des publicités en face
    • 50% de publicité dans les journaux gratuits distribués à la sortie du Tram
    • La RATP à paris n’obtiens que 1 à 2% de son revenu grâce à la Pub, ce n’est donc pas un budget très impactant sur le billet de transport.

      Nos inspirations

      • La ville de Grenoble n’a pas re-signer de contrat avec JCDecaux et n’a donc plus de publicité visant à la consommation sur son mobilier urbain. La ville a donc créer un pôle de gestion municipale pour les panneaux publicitaires (hors mobilier urbain) qui reste. 
      • Interdiction des panneaux numériques dans le RLP de Paris 
      • Travail de plaidoyer du collectif Plein la Vue à Lyon
      • Fausses pubs reprenant des visuels de pub afin de faire du contre lobbying et changer le message. 
      • “Eglise de la Très Sainte consommation : spectacle détournant les valeurs et slogans de la surconsommation.

      Propositions et idées d’actions

      Voici, en vrac, quelques autres propositions et idées qui furent émises au cours de nos discussions. 

      Si on a la mairie : 

      • Campagne de sensibilisation auprès des jeunes “si c’est gratuit c’est toi le produit”
      • Créer un comité de contrôle municipale composé d’habitant·es et de fonctionnaires afin de définir un cadre éthique des publicités affichés dans les rues : interdiction des publicités sexistes, racistes, homophobes, ayant pour cible un public d’enfants… etc. Et créer une sorte de “label municipale” pour les pub validés
      • Rendre accessible plus d’espaces d’expressions libres pour que chacun·e puisse y écrire, dessiner, peindre… décorer les trams avec des oeuvres faites collectivement par les habitant·es
      • Supprimer la publicité du magazine Nantes passion
      • Interdire la distribution de flyers commerciaux

       

      A modifier avec la ré-écriture du RLP : 

      • Interdire les panneaux de publicité numérique
      • Publicité 0% consommation d’énergie : plus d’éclairage de la pub ni de panneaux numérique
      • Supprimer les affichages 4×3
      • Extinction des vitrines 1h après la fermeture et 1h avant l’ouverture. (aujourd’hui obligation d’éteindre entre 1h et 7h du matin)
      • Interdiction de la Pub sur bâche (comme à Paris sur les échafaudages)
      • Interdiction de la pub sur les transports en communs (bus, tramways, bicloo)

       

      A faire par nous même maintenant : 

      • Ateliers d’information pour outiller son regard critique face à la Pub dans les écoles et les collèges
      • chiffrer la part de la pub dans la pollution lumineuse → Etude jour de la nuit
      • campagne de renommage ridicule des bâtiments de la municipalité : “hotel de ville Uniqlo” (magasin qui vient de se construire à la place d’un parc en plein centre ville)
      • Questionnaire aux commerçants locaux pour savoir s’ils bénéficient de l’affichage publicitaire de la ville
      • Questionnaire aux candidats des municipales
      • Sondage d’opinion auprès des nantaises et nantais : quel type de pub souhaitez vous à Nantes et lesquels ne voulez vous plus ? (support et contenu)
      • Recouvrement de panneaux publicitaires avec des slogans en soutien aux autres luttes nantaises. 
      • Lettre à Johanna Rolland afin d’avoir accès au contrat avec JCDecaux, combien rapporte la publicité à la ville ? quels critères définissent les entreprises acceptés sur les trams et les bicloo ? 

       

      Propositions/réflexions à une échelle plus globale : 

      • interdire la publicité dans les boîtes aux lettres (c’est quand on a l’autocollant “oui pub” qu’elles y est glissé et pas le contraire)
      • Abolition de la publicité
      • Quelles différences stratégiques et d’actions entre la Pub culturelle, la Pub de commerçants locaux et la Pub des multinationales

      APPEL À témoins

      PROCHAINES ETAPES

      Enquête commencée le

      21 novembre 2019

      Discussions organisées le(s)

      21 novembre 2019

      Témoins invités le(s)

      A venir

      Ateliers pour imaginer des propositions & actions le(s)

      6 décembre 2019

      19 décembre 2019

      Moment de convergence le(s)

      A venir

      Prochaine action le(s)

      à venir

      Personnes porteuses de l’enquête (pseudo Discord) :

      • Morgane

      Prochaines
      discussions

      Pas d'événements pour l'instant

      Nous contacter

      5 + 3 =

      enquêtes liées

      À venir