SANTE

La santé, en tant que bien-être complet physique, mental et social est un droit fondamental. C’est également notre bien commun.

La santé, ce n’est pas que les soins et la maladie. Tout, dans notre environnement, a un rapport avec notre santé : la qualité de l’eau, de l’air, de notre alimentation, le lien social, humain et affectif, l’activité physique, la qualité de nos logements, …

Sur ces sujets, la ville peut et doit faire beaucoup. 

Enjeux

Maintenir les habitants de Nantes dans une bonne santé, physique, mentale et sociale.

Permettre que nos déterminants de santé (eau, air, alimentation etc) soient de bonne qualité.

Assurer à toutes et tous l’accès aux soins, que ce soit matériellement (pouvoir aller voir un professionnel de santé) que financièrement (pouvoir payer ou être pris en charge pour des soins).

S’approprier sa santé via la formation, l’information : sur la santé, mais aussi sur l’alimentation, l’activité physique etc…

     

     Notre diagnostic :

     Concernant l’accès aux soins :

    Nous faisons le constat que les déserts médicaux, ce n’est pas qu’à la campagne. Dans nos quartiers, et même en centre-ville, accéder à un médecin généraliste est de plus en plus difficile. Et pour les nouveaux arrivants, c’est souvent encore pire, car les médecins encore présents ne prennent souvent plus de nouveaux patients. Pour aller consulter un spécialiste (gynécologue, dermatologue, ophtalmologiste par exemple) ce sont des mois et des mois d’attente. 

    Nous constatons également que le grand rêve de sécurité sociale et de reste à charge zéro est bien loin de la réalité. Souvent, pour les plus précaires, se soigner est un coût difficile à assumer. Bon nombre de nantais renoncent aux soins, faute de pouvoir dépenser la somme qui leur reste à payer, ou de pouvoir s’offrir une mutuelle santé. Les dépassements d’honoraires sont un frein supplémentaires, et injustes, à l’accès au soin.

    Notre système de soin est très efficace, mais il subit de plein fouet l’ultralibéralisation: diminution des remboursements, appauvrissement des services publics…

     

    L’hôpital public est saturé, manque de lit, et le temps d’attente pour un rendez-vous, une consultation, augmente. Sans parler des urgences…

     

    La ville de Nantes est une ville-test pour la 5G.

     

    Certains quartiers sont très exposés aux bruits (exemple : Malakoff. Cf carte d’exposition aux bruits)

     

     

    Selon les statistiques, 10% de la population seraient en situation de dépendance, c’est à dire qu’elle nécessite une aide (que ce soit les personnes âgées, malades ou les personnes handicapées…). Si la population de Nantes augmente de 10 000 personnes par an, cela veut dire que 1000 personnes en situation de dépendances s’ajoutent à la population existantes, et les réseaux d’aides sont déjà saturés…

     

     

     

     

     

    Cas du regroupement du CHU sur l’île de Nantes

     

     

     

     

     

     

     

    ➔ Choix de la direction du CHU à réorienter l’offre de soins dans une optique
    essentiellement comptable
    ➔ Mairie de Nantes focalisée sur une attractivité urbanistique et bétonnière dans
    tous les domaines
    ➔ Mise en danger de la qualité du service public hospitalier
    ➔ Conséquences en terme de Santé Publique

     

     

     

     

     

     

     

    • Un projet gigantesque (1 milliard d’euros) mais un déficit démocratique

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis des années, il existe à Nantes un déficit global de concertation. Alors même que
    le sujet n’a pas été vraiment débattu (pas de saisine CNDP), en l’absence de concertation et d’information pluraliste, 30% des habitants de la métropole se déclare
    opposé au projet de regroupement du CHU sur l’île de Nantes (enquête Harris
    Interactive pour Nantes métropole février 2019).

     

     

     

     

     

     

     

    • Un projet sanitaire contestable

     

     

     

     

     

     

     

    Ce projet prévoit une suppression de 350 lits par rapport à l’existant en 2008 et une augmentation des actes réalisés en ambulatoire ( prise en charge médicale d’un patient, sans hospitalisation, pour une durée de quelques heures, lui permettant de rentrer chez lui le soir).
    Pourtant, ces dernières années, l’hôpital est en tension permanente faute de lits disponibles, ce qui rallonge les délais de prise en charge des usagers.
    L’augmentation des actes en ambulatoire prévue à hauteur de 64% ne parait adaptée à
    une population vieillissante et polypathologiques.

     

     

     

     

     

     

     

    • Un projet destructeur d’emplois

     

     

     

     

     

     

     

    Ce projet se base sur la destruction de 800 à 1000 emplois pour une agglomération en
    plein développement démographique. (on estime que l’agglomération est destinée à
    augmenter de 100 000 habitants en quelques années). Le futur hôpital porte un
    modèle économique plus proche “d’une usine à soins” que d’un équipement public
    soucieux du bien-être des malades et des soignants.

     

     

     

     

     

     

     

    • Un projet architectural douteux

     

     

     

     

     

     

     

    Ce projet concentre sur un espace réduit (10 ha) l’ensemble de la réponse médicale
    publique de la métropole alors que de nouveaux besoins apparaissent. Il s’agit de
    regrouper l’Hôtel Dieu (centre ville) et l’hôpital Nord-Laennec (soit 67 hectares). Que se
    passera-t-il quand de nouveaux besoins apparaîtront ?

     

     

     

     

     

     

     

    • Risques liés à sa localisation insulaire

     

     

     

     

     

    Jusqu’en 2014, l’emplacement du futur CHU était inscrit au Plan de Prévention des
    Risques d’Inondation. Depuis, pour s’adapter aux projets immobiliers de l’île de Nantes,
    la zone serait devenue sans risque et constructible. Les plans initiaux ont toutefois été
    revus pour neutraliser le premier niveau. Mais le site reste potentiellement inondable
    (relèvement de niveau de Loire en amont et montée du niveau de la mer).

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Problèmes d’accessibilité

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Par nature enclavée, l’île de Nantes est soumise à des difficultés d’accès. 38 % des
    malades viennent de la métropole nantaise et 62 % de l’extérieur. Même en multipliant
    les moyens de transports collectifs, les malades auront besoin de véhicules pour se
    rendre à l’hôpital Pour le récent déménagement du Marché d’intérêt National, qui
    occupait le site jusqu’à présent, l’argument était la mauvaise accessibilité du site.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Dérive financière

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’établissement prend à sa charge 77% les coûts de construction du nouvel hôpital.
    Seulement 23% sont apportés par l’État, 33% par les fonds propres du CHU qui a
    également recours à l’emprunt à hauteur de 44%.
    Cette méthode de financement fragilise d’ores et déjà les soins en faisant des
    économies sur les postes et les remplacements pour constituer un « bas de laine ». Puis,
    il faudra encore économiser après le transfert pour rembourser la dette. Depuis
    plusieurs années et durant encore un long moment, les patients et le personnel paient
    donc “l’addition” par la restriction et la contraction des budgets de fonctionnement et
    d’investissements.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Tensions actuelles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans un hôpital déjà en difficulté d’accueil pour répondre à tous les besoins, les arrêts
    maladie ont doublé en 10 ans, les démissions et les demandes de disponibilité se
    succèdent, le compte épargne-temps des agents explose…
    La CGT-CHU dénonce avec constance le projet de regroupement dans ces conditions
    de restrictions des moyens qui a engendré l’année dernière 320 reports d’opérations
    au service de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire. Dernièrement des mouvements
    sociaux dans les services de chirurgie ambulatoire, de dermatologie et d’orthopédie ont eu lieu. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nos inspirations

    •  Maison de santé municipale : exemple du Chateau en Santé à Marseilles, qui est un centre de soin communautaire, ou encore à Sarlat.

    DIY Biology, biohacking, open insulin project

    FNCS, fédération nationale des centre de santé

    MRCN, mutuelle régionale des  cheminots nantais, mutuelle solidaire locale.

     

    Nos propositions et pistes d’action

     

    Créer un réseau de centres de santé financés par la Mairie pour donner accès à une médecine de proximité pluridisciplinaire dans les zones où la désertification médicale est la plus forte (dans les quartiers populaires de Nantes par exemple). Dans ces centres de santé, des médecins salariés exercent en équipe, sans effectuer de dépassement d’honoraires. Ces structures, financées en grande partie par les actes des praticiens, peuvent être publiques, ou en partenariat avec des associations. Elles seront gérées par un conseil de gestion, associant les habitants usagers du centre, des associations de patients et des professionnels de santé.

     

    Défendre l’hôpital public, en refusant la diminution du nombre de lit et du nombre d’emplois dans le CHU de Nantes. Proposer un moratoire sur ce projet comme sur les autres grands projets inutiles.

    Nous ne prétendons pas pouvoir proposer un contre-projet, faute de pouvoir accéder aux données suffisantes. Par ailleurs, ce futur hôpital, si il est nécessaire sur un nouveau lieu, devra être pensé avec les habitants de Nantes, les patients, et la communauté médicale, notamment celle y travaillant. D’autres solutions méritent d’être étudiées. Par exemple, celle d’un hôpital multi-site avec un renforcement des moyens humains permettant ainsi de répondre aux besoins de santé d’une population en constante augmentation.

     

     

    Etudier la création d’une mutuelle de santé municipale, pour permettre que les plus précaires vivants ou travaillant dans la commune aient un 100% santé, notamment sur le dentaire et les lunettes, sans qu’elle vienne en concurrence des structures déjà existantes.

     

    Intensifier les campagnes de prévention à la santé à destination des populations fragiles (vaccinations, campagnes de dépistages, santé sexuelle…).

    Faire sortir de la faculté de médecine les conférences dédiées à la Santé organisées par la Mairie (dispositif Focus Santé) , et les organiser dans les quartiers, dans des lieux de la vie de quartier, pour qu’elles soient accessibles à tous.

     

    Créer des bains-douches sécurisés aux horaires d’ouverture étendus

    Agir sur l’environnement pour notre santé : qualité de l’air, bruit, ondes, pollution visuelle…. -> diminution de la voiture, diminution du trafic aérien, isolation des bâtiments pour la chaleur et le bruit, mesures citoyennes, arbres et espaces verts, réduire la pollution lumineuse… Voir les autres enquêtes.

       

      PROCHAINES ETAPES

      Enquête commencée le

      31 janvier 2019

      Discussions organisées le(s)

      7 mai 2019
      12 octobre 2019

       

      Témoins invités le

      22/11/2019

      Ateliers pour imaginer des propositions & actions le(s)

      Prochainement

      Moment de convergence le(s)

      Prochainement

      Prochaine action le(s)

      Prochainement

      Personnes porteuses de l’enquête (pseudo Discord) :

      • Personne 1 (@pseudo1)
      • Personne 2 (@pseudo2)

      Prochaines
      discussions

      Pas d'événements pour l'instant

      Nous contacter

      7 + 2 =

      enquêtes liées

      À venir