“Nantes se réinvente, la nature en ville prend toute sa place” proclament les panneaux de communication.
Sur le papier (glacé), comment ne pas sauter de joie ? Malheureusement,
il s’agit d’une drôle de conception de la place de la nature en ville.
Alors qu’on sait que :
– les arbres contribuent à rafraîchir la ville ;
– les arbres accueillent oiseaux, insectes,… qui ne peuvent pas “déménager” d’un jour sur l’autre ;
– les mêmes insectes et les mêmes oiseaux disparaissent massivement et la température moyenne augmente ; …
Est-ce vraiment une bonne idée de commencer par tout couper pour “faire
jaillir la nature en ville”, comme le proclament les éditos de Johanna
Rolland ?

Il est clair que Commerce n’était pas un espace agréable, et devait être “réinventé”. Cependant, la voie choisie interroge.
Quels sont les critères de ce réaménagement ?
Est-ce que la destruction du square Fleuriot et de ses arbres, remplacé
par un énième centre commercial, sert à donner toute sa place à la
nature ou au business ?
Est-ce que le principal motif de destruction
des majestueux platanes du cours Roosevelt est de donner sa place à la
nature ? Ou bien de faciliter la vidéosurveillance massive de cet espace
?

Lire +  YelloPark : le commun contre le partenariat public-privé