D’un côté, la mairie de #Nantes nous encourage à planter des fleurs dans nos rues. De l’autre, on arrache les arbres fruitiers de #laplantationdusiecle qui seraient plantés « au mauvais endroit ».

Lors de la marche pour le climat de samedi dernier, des arbres fruitiers ont en effet été plantés. Ils ont très vite été « déplantés » par le service des espaces verts.

Par cette décision, ce que répondent les élu-e-s, en substance, c’est : « Vous comprenez, il y a d’autres projets pour cet espace. Et tout un tas de raisons que vous ne pouvez pas comprendre de ne pas les mettre là. »

Si on suit la logique, chaque espace, chaque recoin, doit être programmé, et confié à des experts.

« Alors merci pour vos bonnes intentions, chers citoyens, mais laissez-nous faire votre bien à votre place.

Aussi, veuillez insérer vos bonnes intentions dans les espaces et les politiques publiques prévues à cet effet ! »

Mais la biodiversité, ce n’est pas juste les fleurs, mais aussi les fruits. De même, ce n’est pas juste installer des espaces verts, c’est accepter le foisonnement de la ville. Une ville où des collectifs qui prennent des sujets à bras le corps sont respectés.

Lorsqu’un espace complètement inutilisé est ainsi rendu plus vivant, quelles raisons y a-t-il de s’en plaindre ?

Vive la « nature en ville », vive les « initiatives citoyennes », mais surtout pas d’initiatives citoyennes pour la nature en ville ?

La tentation est forte de se laisser emporter par une démarche technocratique : on fait du participatif mais en confiant le monopole de conception aux pros et le monopole de la décision aux élus.

Lire +  Barcelone : ouverture de logements pour des familles à la rue

Pourquoi, devant ces exemples de mobilisations des habitantes et habitants, ne pas changer de logique ?

S’il y a conflit d’usage sur un espace, ouvrons la discussion : que ce soit sur les arbres plantés d’un côté, ou sur les arbres coupés de l’autre.

En attendant, favorisons les collectifs qui font vivre la ville, n’envoyons pas pelleteuses, pelles et lacrymogènes dès qu’il y a un brin d’herbe de travers.

Entre #laplantationdusiecle et la ville programmée, choisissons !

Entre la #biodiversité dans tous les sens du termes et une ville lisse, choisissons !

Entre une ville de pelouses et de carte postale et une ville avec des arbres et des gens qui jardinent en plein centre, choisissons !

Entre une ville de clients qui ne font que passer et une ville de jardiniers qui prennent soin de leurs espaces de vie, choisissons !